De la nature aux Hommes

Edena prend sa source au cœur du cirque de Mafate, dans un paisible écrin naturel. Son nom même tire ses racines de l’île de la Réunion, jardin d’Eden où la nature épanouie transmet son énergie vitale aux Hommes. Une véritable invitation au voyage…

« Magique », « mythique », « féérique », les qualificatifs ne manquent pas pour décrire le célèbre cirque de Mafate. Authentique, paisible, idyllique, il appelle aussi à la découverte de ses secrets anciens, de ses histoires légendaires, de ses panoramas spectaculaires et de ses décors sauvages.

Toute une histoire

Au commencement était le volcan. Le Piton des neiges, plus ancien édifice volcanique de la Réunion, a vu ruisseler sur ses flancs des millions de litres d’eau depuis qu’il a émergé. Les fortes pluies ont creusé peu à peu de nombreuses ravines d’abord étroites et profondes. Puis elles se sont élargies sous l’effet du ruissellement, formant des remparts en amont. Les cirques étaient nés.
De nombreux glissements de terrain ont ensuite formé des plateaux dans les cirques de Salazie, Cilaos et Mafate : certains deviendront des îlets.

Les Hommes arriveront à Mafate plusieurs centaines de milliers d’années plus tard. Ce sont les marrons qui peupleront Mafate les premiers, ces esclaves en fuite réfugiés dans les Hauts de la Réunion dès le XVIIème siècle. Ils ont bravé tous les dangers et investi les recoins les plus reculés du cirque pour s’emparer de leur liberté.
L’origine du nom Mafate est d’ailleurs intimement liée au marronnage, même si plusieurs hypothèses existent. Une déformation de l'adjectif malgache « Mahafaty » (« qui tue, dangereux »), en référence aux accès périlleux au cirque ? Le nom du chef marron Mafate, premier réfugié dans le cirque ?

4 siècles plus tard, ils ne sont que 800 à vivre à Mafate. Le cirque le plus inaccessible de la Réunion se mérite : vivre à Mafate demande des sacrifices et des compromis, entre ambiance du tan lontan et envie de modernité.
Le célèbre « Messager de Mafate » - un symbole - en est un bel exemple : de 1951 à 1991, Ivrin Pausé a été le seul facteur du cirque. 165 km à pied chaque semaine – l’équivalent d’un Grand Raid - pour aller chercher le courrier sur la côte et l’apporter aux Mafatais ! Depuis, 4 facteurs se relaient, assistés d’un hélicoptère.

Cet écrin si précieux fait aujourd’hui partie du Parc National, classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 2010.

Mafate contre Grand-mère Kal

Mais qui est ce Mafate qui aurait donné son nom au cirque ? La fameuse histoire de Grand-mère Kal nous éclaire.

Cette vieille femme, méchante et cruelle avec ses esclaves, cherchait à les mater. Elle fit donc appel à Mafate, un autre esclave acheté sur l’île de Gorée, en Afrique de l’ouest. Cet homme, grand, fort et intelligent ne put supporter la manière dont Grand-mère Kal traitait les autres. Marron, il fuit vers les montagnes, remontant une rivière de galets généreuse, chargée de camarons et de poissons, croisant des arbres qui croulaient sous le poids de leurs fruits.
« C’est un endroit merveilleux ! » réalisa-t-il. Et il redescendit chercher ses amis esclaves pour les emmener vivre avec lui dans ce havre de paix.
Mais l’un d’eux, un traître, vendit la mèche à Grand-mère Kal. La vieille femme fit alors tuer plusieurs marrons. Mafate réussit pourtant à s’échapper et, très en colère, prépara une mixture pour la grand-mère. Quand celle-ci la but, la prenant pour de l’eau, elle se changea immédiatement en corbeau chargé de prévenir les familles d’un grand malheur à venir.
C’est ainsi que les esclaves, libérés du joug de la méchante Grand-mère Kal, rejoignirent Mafate qui devint leur chef et donna son nom au cirque.

Une histoire d'eau

L’eau est au cœur de l’histoire de Mafate. Abondante, elle a sculpté les reliefs du cirque. Précieuse, elle fait vivre les Hommes depuis toujours. Pure et fragile, elle est une ressource inestimable pour tous les Réunionnais.

Si le cirque de Mafate a été creusé par les pluies il y a plusieurs centaines de milliers d’années, son lien avec l’eau est resté très fort au fil du temps.
L’ancien îlet de Mafate-les-eaux en apporte la preuve. L’esclave marron Mafate s’était installé auprès d’une source très riche en souffre, au pied du Bronchard. Plus tard, des curistes viendront y soigner leurs problèmes de peau. Dans les années 1860, 3 auberges s’y construisent, ainsi qu’une église et bien entendu des thermes. C’est à cette époque que l’îlet prend son nom. Mais Mafate-les-eaux, en fond de ravine, restait très inaccessible et les cyclones de 1913 eurent raison de la source, ensevelie par l’effondrement du rempart du Bronchard.
Depuis, certains passionnés crapahutent sur ce qu’il reste du CD2, l’ancien accès à Mafate-les-eaux, pour retrouver les vestiges de l’îlet...

Une histoire qui nous montre que l’eau de Mafate est un bien précieux, resté intact depuis l’arrivée des premiers Hommes. Un bien dont nous aimons encore profiter aujourd’hui. Ne l’oublions pas ! Comme Edena, restons attentifs à préserver sa qualité et sa pureté :

  • ne jetons pas nos déchets en pleine nature, même s’ils sont biodégradables,
  • ne déversons pas de produits dans les cours d’eau, même pour faire sa toilette ou laver la vaisselle.

L'aventure Mafate

Envie de dépaysement ? D’authenticité ? D’évasion ? Edena vous accompagne sur les sentiers de Mafate pour des randonnées en famille, entre amis, en mode tranquille ou plus sportif !

Rando marmaille au-dessus de Mafate : Cap noir et La Roche verre bouteille

Surplombez l’entrée de Mafate et longez les remparts du cirque !


Facile

2h00

3 km

370 m D+

Arrivé à Dos d'Âne, vous traversez le village et empruntez la route forestière du Cap. Vous suivez les panneaux indiquant le Cap Noir et pouvez vous garer au départ du chemin.

Après avoir remonté le sentier de Roche verre bouteille, vous tournez à droite pour rejoindre le kiosque de Cap Noir en 15 mn (variante du GR R2).
Là, un magnifique panorama s’ouvre à vous : la Rivière des Galets et l’entrée du cirque de Mafate se dévoilent à vos pieds. Vous poursuivez ensuite le sentier à flanc de falaise jusqu’à la Roche verre bouteille. Quelques passages sont escarpés et comportent des échelles mais tout le monde peut passer, même les sujets au vertige.
Vous pouvez à nouveau contempler les paysages grandioses depuis la Roche verre bouteille. Pour le retour, suivez le chemin qui part vers la gauche (GR R2) et profitez de la vue sur Dos d’Ane, à votre droite. Une grande descente vous ramène en peu de temps au point de départ.

Même si votre enfant ne réclame pas à boire, pensez à lui proposer de l’eau régulièrement !

Rando « costaud » à Mafate : Col des bœufs – La Nouvelle - Marla

Un classique de la randonnée à Mafate : profitez d’une vue plongeante sur le cirque, baladez-vous sur la Plaine des Tamarins, découvrez le plus grand îlet, le plus haut, et longez la fameuse Rivière des galets !


Difficile

8h00

20 km

1300 m D+

Dans le cirque de Salazie, rendez-vous à Grand Îlet puis au Bélier. La route forestière vous mènera jusqu’au parking du Col des Bœufs, payant mais surveillé. Vous rejoignez le Col (2011 m) après 15 à 20 mn de montée en pente douce et découvrez à vos pieds la Plaine des Tamarins et le Rempart de Mafate entre le Maïdo et le Grand Bénare.

Après cet échauffement commence la descente vers La Plaine des Tamarins, relativement facile et agréable et où vous pourrez croiser quelques vaches. Vous pourrez flâner tranquillement et reposer vos jambes sur cette vaste étendue arborée (1770 m). Vous descendez ensuite jusqu’à La Nouvelle (1450 m) par un chemin pentu qui comporte quelques grandes marches. La variante qui passe à gauche par le Plateau des Chênes vous offre un magnifique point de vue sur La Nouvelle. N’hésitez pas à vous balader dans le plus grand îlet de Mafate, à la découverte de son église et de quelques jolies cases.
Vous piquez ensuite vers le sud pour rejoindre la Plaine aux Sables par un sentier en lacets parfois abrupt. Vous franchissez la Ravine aux Sables (1410 m), toujours à sec, sans encombre. Après la Plaine, une dernière belle pente sinueuse vous amène à la Rivière des Galets. Si le temps le permet, pourquoi ne pas la descendre sur 500 m et piquer une tête vers la cascade de Trois Roches (1226 m) ?
En remontant le long de la rivière, au pied du rempart, vous rejoignez Marla en 2h par une montée raide, sur un sol empierré, poussiéreux et souvent glissant. Heureusement, la proximité de l’eau puis de magnifiques panoramas vous font oublier cette difficile ascension (400 m D+).
A Marla comme à La Nouvelle, vous pouvez flâner dans l’îlet, voire passer la nuit dans un de ses gîtes.
Vous rejoignez ensuite sans problème Maison Laclos, au pied du Plateau de Kerval et des Trois Salazes puis traversez à nouveau la Rivière des Galets (encore une invitation à la baignade !). Une bonne pente vous attend pour rallier le point de vue de la Mare des Serres (1760 m) puis vous retrouvez la Plaine des Tamarins et remontez par le même sentier jusqu’au Col des Bœufs.

Quel que soit le temps qu’il fait et le moment de la journée, pensez toujours à bien vous hydrater : découvrez nos conseils hydratation !

La rando des experts : îlet des Lataniers depuis le Maïdo

Une découverte au fil de l’eau pour une immersion totale dans l’ambiance de Mafate !


Difficile, technique

7h00

20 km

1600 m D+

Au-dessus de Saint-Gilles, montez la route du Maïdo. A partir du croisement avec la Route forestière des Tamarins, roulez 2,7 km en direction du « Maïdo » et garez-vous près du panneau « Cirque de Mafate », non loin de l’arrêt de bus.

Vous suivez le balisage blanc et les panneaux indiquant « Roche Plate – Mafate » sur de larges dalles de lave qui montent jusqu’au début du rempart. En 10 mn vous ralliez le « Grand Bord » et le Ti Col (2029 m) qui offre une vue plongeante sur le cirque : la crête et l’îlet des Orangers sur votre gauche, Grand Place en face de vous, et Roche Plate, 1000 m plus bas sur votre droite. C’est là que vous descendez !
Tournez à droite et entamez la longue et vertigineuse descente sur le sentier de Roche Plate, tout en cailloux, marches et lacets abrupts. Pour vous encourager, plusieurs repères vous indiquent le pourcentage de descente déjà effectuée.
Vous arrivez à la Brèche (1293 m) et empruntez sur votre droite un sentier à flanc de falaise sur 50 m puis beaucoup plus tranquille pour rejoindre Roche Plate. Sous les filaos ou sur la roche surchauffée par le soleil, vous pouvez profiter de vues plongeantes sur la Rivière des Galets.
Les premières cases fleuries de Roche Plate (1120 m) se présentent à vous. Continuez, dépassez l’école et bifurquez à gauche en direction du Bronchard (au pied duquel se situait l’ancien îlet de Mafate-les-eaux). Tournez à gauche au premier croisement avant le Bronchard pour gagner le cimetière (1082 m) puis descendez par le sentier Dacerle ou Sentier Facteur. Après quelques dizaines de lacets sur ce sentier abrupt, parfois glissant et vertigineux, vous ne tarderez pas à rejoindre la Ravine de Roche Plate (849 m). Juste avant, une petite cascade et un bassin permettent de se rafraîchir.
Poursuivez en laissant sur votre droite le chemin pour la Roche Ancrée. Restez prudent et très attentif : le sentier étroit qui suit le rempart devient presqu’invisible, sableux et très difficile, juste avant l’arrivée à l’Îlet des Lataniers (624 m). Pourquoi ne pas s’arrêter dans un des gîtes pour la nuit ?

Pour repartir de l’Îlet des Lataniers, vous suivez le « chemin des écoliers », celui qu’empruntent chaque matin les élèves pour rejoindre l’école des Orangers. Une rude ascension vous fait contourner la Crête des Orangers : malgré les hautes marches et le sol fuyant, vous franchirez les passages les plus difficiles en toute sérénité grâce aux équipements de sécurité en place. Une courte descente vous mène ensuite à la Ravine Grand-Mère, puis un raidillon au Captage des Orangers (866 m). 150 m plus haut et 20 mn plus tard, vous arrivez au pied du plateau de l’Îlet. Le sentier de gauche vous fera passer par l’école et un point d’eau, celui de droite par la boutique de l’Îlet des Orangers. Les deux sont aussi raides et vous mèneront à la sortie de l’Îlet, au départ d’un sentier qui descend en lacets jusqu’à la Ravine Grand-Mère. Remontez-en le lit pendant une trentaine de minutes au milieu des blocs rocheux puis suivez les escaliers pour rejoindre la Brèche. Il vous reste environ 750 m D+ pour rejoindre le Maïdo, par le sentier de Roche Plate emprunté à l’aller !

Même si vous êtes un sportif entraîné, n’oubliez pas qu’il est indispensable de vous hydrater régulièrement. Besoin d’un conseil hydratation ? Cliquez ici